IMG 20180703 104710 2En poursuivant ses séances de sensibilisations auprès de la population sur la planification familiale et sur la santé de la reproduction, la caravane de presse a fait une escale au CSPS de Founzan, le mardi 3 juillet 2018.

A Founzan, localité située à 44 km de Houndé, nous rencontrons une jeune fille du nom de Ba Salimata. Interrogée sur sa présence au CSPS, elle affirme être venue pour se faire dépister du cancer du col de l'utérus et du sein. Vu son aisance dans le parler de la langue de Molière, nous avons poussé notre curiosité en lui questionnant davantage. Salimata, nous confia qu'elle est une élève de la classe de 4e fréquentant dans un lycée de la place à Founzan et mère d'une fille de 2 ans. A la question de savoir comment cela lui est arrivé d'être enceinte en étant au collège?.Salimata nous avoua qu'elle ne pouvait pas imaginer avoir un enfant à l'âge de 16ans. "Je peux dire que c'est arrivé par accident".Avance t- elle timidement.
Et de poursuivre, "la grossesse m'a vraiment fatiguée, je connais la souffrance qui est de porter une grossesse précoce.Ce n'est pas du tout facile. Souvent j'étais en classe, mais mon esprit était ailleurs. Il m'arrivait aussi de somnoler en classe, et de ressentir la fatigue et ç'a été vraiment difficile pour moi. J'ai perdu 2 ans de scolarité et jusqu'à présent la fatigue se fait toujours sentir. Je vis avec mes deux parents et c'est ma mère qui s'occupe de mon bébé pendant les jours de classes. Grâce à mon père, j'ai pu poursuivre cette année ma scolarité . Je suis devenue une double charge pour mes parents, parce que s'occupant de moi et de mon bébé . Je regrette vraiment ce qui s'est passé. "

La main sur le menton, Salimata conseille à ses camarades. " Je conseille à mes sœurs de faire très attention.Méfiez - vous surtout des jeunes garçons, baratineurs, qui viennent vous flatter avec quelques jetons. Écoutez les conseils de nos mamans, elles veulent notre bien. Et faites très attention à ne pas commettre les mêmes erreurs que moi, parce que ce n'est pas facile".

Maintenant, Salimata dit avoir tiré beaucoup de leçons sur ce qu'elle a vécu."Je me méfie trop des hommes, car avec ce qui m'est arrivée avec le seul homme, je commence à détester les autres hommes."
DCPM/MENA.