image1Le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabetisation, le Pr Stanislas OUARO a procédé ce lundi 11Juin 2018, à la pose de la 1ère pierre de construction du lycée professionnel de Manga. C 'était en présence du gouverneur de la région du centre -sud, Casimir B Segueda.

Le lycée professionnel de Manga sera érigé sur une superficie de 12 hectares. Pour sa construction, deux phases seront observées. La 1ère phase consistera à la clôture du site, la construction de la guérite, du bloc de gestion des ateliers, de l'atelier génie électrique , de l'atelier plomberie sanitaire, de l'atelier structures métalliques. Il faut ajouter à ces constructions, celle des locaux techniques, l'addiction d'eau potable et des latrines. La durée d'exécution pour cette 1ère phase est de 6 mois et ces infrastructures devraient être réceptionnées avant le 11 décembre 2018.
Quant à la 2e phase, elle concernera les constructions de l'administration, de la salle polyvalente,du refectoire, les blocs pédagogiques, l'atelier agro-alimentaire et les logements du personnel d'encadrement. Pour le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabetisation, le Pr Stanislas OUARO "la différence entre les filières est basée sur les potentialités des régions. Ainsi à Kaya, le lycée professionnelle se focalisera plus sur la maroquinerie qui est une spécialité de la région. " A Manga, l'agro-alimentaire à cause de l'arachide que l'on peut transformer". Au regard du constat faits sur le terrain et en ce qui concerne la mauvaise qualité des infrastructures ( infrastructures endommagées, toitures emportées par le vent) , le ministre de l'Education nationale , le Pr Stanislas OUARO a fait savoir que le ministère ne va plus réceptionner les infrastructures sans avoir fait une pré- réception technique. Celle - ci permettra de juger techniquement de la qualité des infrastructures. "Un suivi rigoureux sera fait " a-t-il indiqué.
A l'endroit des responsables impliqués dans l'exécution des travaux de réalisation des infrastructures éducatives, le ministre a indiqué que des investigations seront faites pour situer les responsabilités et l'ARCOP( Autorité de Régulation pour les commandes publique )blacklistera les entreprises fautives, afin d'éviter qu'ils soient soumissionnaire d'autres marchés.
DCPM/MENA.